Flashback tagged posts

[Flashback] « La Grande Illusion  » (1937) de Jean RENOIR

Par Simon CHEVALIER

Restauré en 2012, le chef d’oeuvre de Jean RENOIR reste plus que jamais l’un des plus grands films de tous les temps grâce à son message universel aussi patriotique que pacifique.

Lors de la Première Guerre Mondiale, le lieutenant MARECHAL et le capitaine de BOIELDIEU sont faits prisonniers par le commandant von RAUFFENSTEIN qui a abattu leur avion. Ils vont alors découvrir la vie d’un camp de prisonniers réservé aux officiers. Intégrant un groupe de compatriotes, ils partagent, d’emblée avec eux leurs copieux repas grâce aux colis que reçoit un certain ROSENTHAL, tout autant que leur projet d’évasion. Mais rien ne se passera comme prévu et leur détention les mènera bien plus loin qu’ils ne l’auraient imaginé.

Tourné 20 ans après la fin de la Grande Gue...

Lire plus

[Flashback] « Le charme discret de la bourgeoisie » (1972) de Luis BUNUEL

A l’opposé des films sombres qui ont fait sa légende, Luis BUNUEL nous régale avec cette fantaisie loufoque et absurde.

Par Simon CHEVALIER

Un petit groupe de bourgeois – dont l’ambassadeur de Miranda, une république sud-américaine méconnue – ont pris l’habitude de se retrouver autour d’un repas. Mais que ça soit chez eux, au restaurant ou dans un salon de thé, ces réunions sont sans cesse interrompues par une rupture de stock, l’irruption de militaires ou une mort violente…

Dès le début du film, le spectateur est plongé dans une ambiance théâtrale avec le générique présentant les acteurs dans l’ordre d’entrée en scène et la mise en place d’un décor léché...

Lire plus

[Focus] Jacques TATI : « Les vacances de Monsieur Hulot » (1953) et « Mon Oncle » (1958)

Par Simon CHEVALIER

Les Vacances de Monsieur Hulot (1953)

Jacques TATI nous amuse tendrement à défaut de nous faire rire aux éclats.

M. Hulot part en vacances au bord de la mer. Sa présence à l’hôtel de la plage de Saint-Marc-sur-Mer va apporter son lot d’imprévus et de fantaisie.

Ce film nous plonge dans la France des années 50 figée dans des conventions obsolètes aujourd’hui mais qui ne manquent pas de charme surtout quand Jacques TATI s’amuse à les dynamiter. Son personnage fétiche, un grand escogriffe dégingandé, multiplie les gaffes et les bêtises, comme un enfant. Et c’est ce qui nous touche chez M...

Lire plus

[Flashback] « Une chambre en ville » (1982) de Jacques DEMY

Un film peu connu où Jacques Demy conserve ses fondamentaux tout en assombrissant son propos.

Par Simon CHEVALIER

Nantes, 1955. Les métallurgistes sont en grève et multiplient piquets et affrontements musclés avec les CRS. Parmi eux, François Guilbaud loue une chambre chez la veuve d’un colonel et sort avec la charmante Violette. Mais, quand il rencontre par hasard la fille de sa logeuse, Edith, il est emporté par une passion aussi incontrôlable que destructrice.

Jacques DEMY avait une spécialité : « le film chanté ». Il reste dans la mémoire collective comme celui qui, des Parapluies de Cherbourg aux Demoiselles de Rochefort en passant par Peau d’Ane a su marier à merveille les 4ème et 7ème art (la musique et le cinéma). Avec Une chambre en ville, il garde cette spécificit...

Lire plus

[Flashback] « La Belle et la Bête » (1946) de Jean COCTEAU

Le grand classique de Jean COCTEAU, qui a subi un petit lifting cette année, ne fait pas son âge (67 ans, tout de même) !

Par Simon CHEVALIER

La Belle est une jeune fille douce, aimable, serviable. Méprisée par ses sœurs (qui n’ont rien à envier à celles de Cendrillon) et adorée par son frère, elle porte un amour inconditionnel à son père qu’elle refuse de quitter même si pour cela, elle doit renoncer à tout mariage.
La Bête est un monstre repoussant vivant isolé dans un château étrange aux mille sortilèges.
Leur rencontre inattendue donnera lieu à l’une des histoires d’amour les plus célèbres du cinéma.

Loin du dessin animé édulcoré et enfantin de Disney, ce film est l’adaptation la plus fidèle au conte original de Madame LEPRINCE DE BEAUMONT...

Lire plus