Rencontre avec Laurent TEYSSIER (02/06/2017)

Le vendredi 2 juin 2017, à l’occasion du 35ème Festival du Premier Film Francophone de La Ciotat, nous avons eu le plaisir de rencontrer Laurent TEYSSIER, venu présenter en compétition son premier long-métrage, Toril. Sorti en salles le 14 septembre 2016, le film est désormais disponible en VOD.

Iphone2017_110

Propos recueillis par Anne-Sophie GIRAUD

Bonjour Laurent, vous présentez ici votre premier long-métrage, Toril, qui est sorti en salles en septembre 2016. Pourriez-vous présenter votre parcours avant ce film ?

Je originaire d’Avignon, j’ai fait des études de cinéma à l’Université de Montpellier puis ma maîtrise à Montréal, au Canada. Ensuite, je me suis installé à Paris pour travailler dans le cinéma...

Lire plus

[Critique] « L’amant d’un jour » de Philippe GARREL (31/05/2017)

365735.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Par Simon CHEVALIER

Un film délicat et intime dans un Noir et Blanc élégant.

En pleine rupture, Jeanne revient s’installer chez son père. Celui-ci vit en couple avec Ariane, une étudiante de l’âge de sa fille. Sous des apparences harmonieuses, cette cohabitation va vite atteindre ses limites.

Avec cette réflexion philosophique sur la fidélité, Philippe GARREL nous place au plus près de ses personnages. Que ça soit dans la vie de famille banalement moderne ou dans la psychologie et l’inconscient – particulièrement féminin -, le spectateur touche au plus intime : Qu’est ce que le désir? Comment naît-il? Comment le gérer? L’occasion pour le réalisateur de nous gratifier des scènes les plus osées de sa filmographie...

Lire plus

[Critique] « L’amant double » de François OZON (26/05/2017)

511243.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Par Simon CHEVALIER

François OZON signe une oeuvre aussi esthétique que dérangeante.

Chloé souffre de maux de ventre. Craignant une origine psychologique, elle commence une analyse et tombe sous le charme de son médecin. Mais le conte de fées s’achève quand elle se rend compte que son amoureux lui cache des pans entiers de sa vie.

Dès les premières minutes, le ton est donné : L’amant double sera cru, esthétique, symbolique – ou ne sera pas. Chaque plan est léché et ne doit rien au hasard dans des décors tout aussi recherchés : la froideur clinique du musée où travaille l’héroïne, la chaleur de l’appartement du couple… Le réalisateur s’amuse aussi avec les miroirs dont les reflets sont un élément fort et métaphorique du récit...

Lire plus

Palmarès du 35ème Festival du Premier Film Francophone de La Ciotat

Affiche - Denys PASTRE

Par Anne-Sophie GIRAUD

 

Durant ce 35ème Festival du Premier Film Francophone de La Ciotat, le jury, présidé par Jacques DORFFMAN et composé de Arthur DUPONT, Naidra AYADI, Pauline LEFEVRE, Jean ACHACHE et Françoise RAVAUX-KIRKPATRICK étaient chargés de départager les 10 courts-métrages et les 10 longs-métrages en compétition. Leur verdict a été rendu public hier soir, dimanche 4 juin 2017, lors de la Cérémonie de clôture, suivie de l’avant-première du long-métrage de Cyprien VIAL et Océane ROSE-MARIE, Embrasse-moi.

Le grand vainqueur de cette soirée se nomme Patients. En effet, le film réalisé par Grand Corps Malade & Mehdi IDIR repart avec pas moins de 3 récompenses (Prix du Public, Lumière d’Or et Meilleur Acteur).

Patients

Ci-dessous, vous pourrez retrouver le pa...

Lire plus

[Critique] « Sous le même toit » de Dominique FARRUGIA (19/04/2017)

401138.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Par Simon CHEVALIER

Cette comédie est étonnamment plus efficace dans l’émotion que dans le rire.

Delphine et Yvan divorcent. Cela tombe mal pour ce dernier dont la carrière d’agent de footballeurs patine. Dans l’incapacité de se trouver un logement, il décide donc de faire valoir ses droit sur le domicile familial soit 20%. La guerre des nerfs est alors déclarée avec leurs deux enfants en spectateurs atterrés.

Les déboires maritaux de Delphine et Yvan – joli clin d’oeil au premier film du réalisateur Dominique FARRUGIA Delphine 1, Yvan 0 sorti en 1995 – peinent à nous arracher un sourire là où un long-métrage comme Papa ou Maman de Martin BOURBOULON, par son impertinence, nous faisait mourir de rire...

Lire plus