Les sorties de la semaine (06/11/2013)

Cette semaine, vous pourrez découvrir 4 nouveaux films français à l’affiche : En Solitaire, Quai d’Orsay, Mes Séances de lutte et Violette.

On commence par En Solitaire, première réalisation de Christophe OFFENSTEIN avec François CLUZET, Samy SEGHIR, Virginie EFIRA et Guillaume CANET, qui est distribué par Gaumont Distribution (1h36). Yann Kermadec voit son rêve se réaliser quand il remplace au pied levé, son ami Franck Drevil, au départ du Vendée Globe, le tour du monde à la voile en solitaire. Habité par une farouche volonté de gagner, alors qu’il est en pleine course, la découverte à son bord d’un jeune passager va tout remettre en cause.

On continue avec Quai d’Orsay, adaptation de la BD du même nom réalisée par Bertrand TAVERNIER, avec Thierry LHERMITTE, Raphaël PERSONNAZ, Niels ARESTRUP, Julie GAYET et Anaïs DEMOUSTIER. Le Festival du Film de San Sebastian a décerné le Prix du Jury du Meilleur Scénario à Bertrand TAVERNIER, Christophe BLAIN et Antonin BAUDRY au film qui est distribué par Pathé Distribution (1h56). Alexandre Taillard de Worms est grand, magnifique, un homme plein de panache qui plait aux femmes et est accessoirement ministre des Affaires Étrangères du pays des Lumières : la France. Sa crinière argentée posée sur son corps d’athlète légèrement halé est partout, de la tribune des Nations Unies à New-York jusque dans la poudrière de l’Oubanga. Là, il y apostrophe les puissants et invoque les plus grands esprits afin de ramener la paix, calmer les nerveux de la gâchette et justifier son aura de futur prix Nobel de la paix cosmique. Alexandre Taillard de Vorms est un esprit puissant, guerroyant avec l’appui de la Sainte Trinité des concepts diplomatiques : légitimité, lucidité et efficacité. Il y pourfend les néoconservateurs américains, les russes corrompus et les chinois cupides. Le monde a beau ne pas mériter la grandeur d’âme de la France, son art se sent à l’étroit enfermé dans l’hexagone. Le jeune Arthur Vlaminck, jeune diplômé de l’ENA, est embauché en tant que chargé du “langage” au ministère des Affaires Étrangères. En clair, il doit écrire les discours du ministre ! Mais encore faut-il apprendre à composer avec la susceptibilité et l’entourage du prince, se faire une place entre le directeur de cabinet et les conseillers qui gravitent dans un Quai d’Orsay où le stress, l’ambition et les coups fourrés ne sont pas rares… Alors qu’il entrevoit le destin du monde, il est menacé par l’inertie des technocrates.

On enchaîne avec le nouveau film de Jacques DOILLON, Mes Séances de lutte, qui met en scène Sara FORESTIER, James THIERREE et Louise SZPINDEL et qui est distribué par KMBO (1h39). Une jeune femme prétexte l’enterrement de son père pour retrouver un voisin plutôt charmant, et tenter de comprendre pourquoi elle a interrompu le rapport amoureux amorcé avec lui quelques mois plus tôt. Ils se retrouvent et rejouent la scène où sa dérobade a empêché leur histoire de commencer.
Ils s’y essaient, se débattent, s’empoignent, tout en se rapprochant. Ils se frottent, se cognent l’un contre l’autre et s’amusent à dialoguer avec autant de fantaisie que de gravité, et à entrer dans une lutte de plus en plus physique.
Ils vont finir par se lier l’un à l’autre au cours de séances quotidiennes qui ressemblent à un jeu. Par-delà leur joute verbale, cette confrontation devient une nécessité pour essayer de se trouver, un curieux rituel auquel ils ne peuvent échapper.
Peu à peu, l’évidence qu’il faudra que quelque chose se libère entre eux pour que ces luttes soient enfin devenues une vraie lutte d’amour.
Interdit aux moins de 12 ans.

Enfin, on termine avec Violette, de Martin PROVOST, avec Emmanuelle DEVOS, Sandrine KIBERLAIN, Olivier GOURMET, Catherine HIEGEL et Jacques BONNAFFE, distribué par Diaphana Distribution (2h19). Violette Leduc, née bâtarde au début du siècle dernier, rencontre Simone de Beauvoir dans les années d’après-guerre à St-Germain-des-Prés. Commence une relation intense entre les deux femmes qui va durer toute leur vie, relation basée sur la quête de la liberté par l’écriture pour Violette et la conviction pour Simone d’avoir entre les mains le destin d’un écrivain hors norme.

Bonne semaine cinéma à tous et à mercredi prochain pour de nouvelles sorties !