Les formations de scénaristes en France : pour la télévision (1/3)

Par Anne-Sophie GIRAUD

Lors du Festival Séries Mania, qui a eu lieu en avril dernier au Forum des Images à Paris, nous avons assisté à une conférence ayant pour thème Quelles formations pour les séries télés ? durant laquelle les intervenants (Patrick VANETTI du CEEA et Marc NICOLAS de LA FEMIS Séries TV) ont chacun défendu les écoles qu’ils étaient venus représenter. Compte-rendu détaillé ici.

Le CEEA (Conservatoire Européen d’Ecriture Audiovisuelle)

La promotion 2013 du CEEA

Cette école, représentée par son directeur Patrick VANETTI, vise à la formation et à la professionnalisation de scénaristes pour la télévision (prioritairement), mais aussi pour le Cinéma. Il s’agit d’une association à but non lucratif, créée en 1996, où enseignent environ 80 formateurs par an.

La formation s’intéresse à l’ensemble des formats en fiction ainsi qu’en animation, accompagnée d’une réflexion sur le fond et la manière de construire les programmes car la demande en 52’ feuilletonnant est encore faible en France, contrairement à ce que l’on pourrait penser[1]. Cela permet aux élèves (environ 70% sur une promo de 12) d’intégrer très rapidement la profession comme scénariste ou scénariste-réalisateur grâce à leur polyvalence.

Elle permet aux étudiants de développer un potentiel d’auteur avec une culture des séries télévisées et des bases techniques comme les formats, l’environnement professionnel, la conscience économique de la fiction TV, etc. La formation a  lieu sur des séries existantes (pour leur montrer les contraintes de création) ou bien sur la création de nouvelles séries, en fiction ou en animation.

Le concours pour accéder à cette formation se déroule en 3 étapes. Aucun diplôme n’est requis car il y a une vraie volonté de préserver la diversité. Néanmoins, il y a une limite d’âge (bien plus large que celle d’autres écoles), puisqu’il faut avoir entre 20 et 40 ans pour pouvoir s’y présenter.
La première étape est constituée d’un dossier et d’un synopsis (avec des contraintes imposées) qui sera ensuite lu par 2 scénaristes différents qui rédigeront une fiche de lecture chacun. Chaque lecteur (environ au nombre de 40) voit passer 15 dossiers entre ses mains chaque année.
Ensuite, 40 candidats accèdent à la seconde épreuve. Il s’agit d’un QCM de culture générale et d’une épreuve de 6h pendant laquelle il faut développer un synopsis sur un sujet imposé.
Enfin, pour la dernière étape, ces documents sont remis à un jury (composé d’un producteur, d’un diffuseur, d’un scénariste et du directeur de l’école) pour un oral auxquels ont accès tous les candidats de la deuxième épreuve.

La scolarité a lieu sur 2 ans à raison de 600 heures de formation par an pour un coût de 1400€ annuel. A l’issue de la formation, les élèves se voient délivrer un titre professionnel de scénariste qui équivaut à un Diplôme d’Etat au niveau Bac + 5.
La Validation des Acquis de l’Expérience permet aux scénaristes déjà en activité d’obtenir le même diplôme.

Parmi les anciens élèves, on peut noter la présence de Marc FITOUSSI (Pauline détective), Stéphane KAZANDJIAN (Modern Love), Mathieu MASMONDET (directeur de collection sur Enquêtes Réservées), Ludovic PION-DUMAS (co-créateur de Camping Paradis), etc.

La FEMIS – Séries TV

A la rentrée 2013 s’ouvrira une nouvelle section dans la prestigieuse école de La FEMIS destinée à former les scénaristes à l’écriture de séries TV car, pour son responsable, « l’économie de la production télévisée, où il s’agit essentiellement de demandes, est différent de la production pour le cinéma, ainsi que sa pratique de l’écriture ».

A l’inverse d’autres formations comme le CEEA, il s’agit d’une formation de spécialisation pour des personnes ayant déjà une formation ou une pratique avérée de l’écriture (pas forcément cinématographique d’ailleurs). L’accès se fait d’ailleurs à Bac +5… mais il faut quand même avoir moins de 30 ans. Il s’agit d’une formation courte (1 an), centrée uniquement sur l’écriture, en petit effectif (10/12 personnes).

Il n’y aura pas d’enseignants permanents mais de nombreux intervenants professionnels (scénaristes, producteurs, diffuseurs). Ce sont d’ailleurs des professionnels qui sont à la tête de la formation (Emmanuel DAUCE, producteur ; Franck PHILIPPON, scénariste et Franck PUGLIESE, scénariste américain).

Le concours se déroule en 3 étapes : la première est constituée de l’inscription (avec l’envoi d’un dossier et une épreuve qui consiste à parler d’une série que l’on aime) ; la deuxième partie est une épreuve écrite de 6h pendant laquelle il faut développer un synopsis et des dialogues. Enfin, la troisième partie consiste en un oral devant un jury de professionnels.

Pour Marc NICOLAS, Directeur Général de la Fémis, « il y a un réel besoin d’interlocuteurs pour les scénaristes en production et en diffusion ayant une formation semblable, d’où la possibilité de travailler également dans ces secteurs là à la sortie de l’école ».

Pour lui, « un scénariste doit avoir une formation complète car le scénario est la pièce centrale avec laquelle travaille tous les techniciens et qui n’est pas un objet (d’où l’importance de connaître les différents métiers). C’est la raison pour laquelle auront lieu tout au long de la formation des lectures avec des comédiens, mais aussi des interventions de réalisateurs, de monteurs, etc. »
Il pense également qu’il y a un cruel manque de scénaristes en France capables de rejoindre le développement de séries existantes ou la création de nouvelles. « Il y a un sous-développement des séries en France (en terme de quantité) et de l’audiovisuel. Le domaine de la fiction TV est pourtant celui des séries qui appellent une audience récurrente. C’est la contrepartie d’un surdéveloppement du cinéma avec la production de trop de films (…) La fiction télé et les séries sont forcément amenées à se développer dans les années à venir, d’où l’intérêt d’une formation comme celle-ci ».

Demain, dans un second article, nous nous intéresserons à d’autres formations de scénaristes, davantage axées cette fois-ci sur l’écriture pour le cinéma.



[1] Lors d’un bilan établi lors de la 10ème journée de la Création TV en 2013, il est apparu que le 52 minutes est le premier format de fiction (205h pour l’année 2012, chiffre pourtant en baisse de 12% par rapport en 2011).

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>