[Rétrospective] Les « films de potes »

A l’occasion de la sortie le 30 janvier dernier de Amitiés Sincères, le premier long-métrage de François PREVOT-LEYGONIE & Stephan ARCHINARD avec Gérard LANVIN, Jean-Hugues ANGLADE et Wladimir YORDANOFF, retour sur 10 films de « copains » qui ont marqué (ou pas) l’histoire du cinéma français.

Par Anne-Sophie GIRAUD

Vincent, François, Paul et les autres (1974) de Claude SAUTET

Synopsis : Amis depuis la plus tendre enfance, Vincent (Yves MONTAND), François (Michel PICCOLI), Paul (Serge REGGIANI) et Jean (Gérard DEPARDIEU), se retrouvent chaque dimanche à la campagne. Au quotidien, chacun connaît quelques déboires sentimentaux. Mais lorsque Vincent est victime d’une crise cardiaque, ses amis prennent conscience de l’importance de leurs problèmes.

Dans ce film, Claude SAUTET, à travers une chronique chaleureuse et réaliste, dresse le portrait d’un groupe d’ami quarantenaire, tous sujets à des peines de cœur et à des difficultés financières. Il est important de noter que le « groupe » est un thème récurrent chez le cinéaste que l’on retrouvera notamment dans Max et les Ferrailleurs, César et Rosalie ou Une Histoire Simple.

Un éléphant, ça trompe énormément (1976) d’Yves ROBERT

Synopsis : Étienne (Jean ROCHEFORT), la quarantaine, marié à Marthe (Danièle DELORME), fidèle et heureux père de famille tombe fou amoureux de Charlotte (Anny DUPEREY), une jeune femme juste entraperçue. Il partage la passion du tennis avec ses trois meilleurs amis. Simon (Guy BEDOS) est médecin et étouffé par les perpétuelles intrusions de sa mère (Marthe VILLALONGA) dans sa vie. Daniel (Claude BRASSEUR), garagiste, ne parvient plus longtemps à cacher à ses amis qu’il est homosexuel. Bouly (Victor LANOUX), séducteur impénitent, tombe de haut quand il découvre que sa femme a quitté le domicile conjugal avec meubles et enfants. Étienne, bien que méprisant les coureurs, succombe finalement aux charmes de sa belle inconnue mais celle-ci lui fait vite comprendre que ce sera une aventure sans lendemain.

Le film raconte avant tout l’histoire de quatre copains, restés de grands enfants à l’approche de la quarantaine. L’un des principaux ressorts comiques du film repose sur la voix off de Jean Rochefort, et notamment le contraste entre ce qu’il raconte (toujours à son avantage) et ce que l’on voit à l’écran.

Les Bronzés (1978) et Les Bronzés font du ski (1979) de Patrice LECONTE

Synopsis : 1978. Gigi (Marie-Anne CHAZEL), Jérôme (Christian CLAVIER), Christiane (Dominique LAVANANT), Jean-Claude (Michel BLANC) et Bernard (Gérard JUGNOT) arrivent en même temps au club Med d’Assinie en Côte d’Ivoire. Bernard vient retrouver son épouse Nathalie (Josiane BALASKO), installée au village depuis déjà une semaine. Popeye (Thierry LHERMITTE), chef des sports, Bobo (Luis REGO) et Bourseault (Michel CRETON), animateurs, les accueillent. Immédiatement, des affinités s’installent dans le petit groupe où chacun est venu dans l’espoir de faire de nouvelles conquêtes.

Un an plus tard, pour Les Bronzés font du ski, ils se retrouvent tous ensemble aux sports d’hiver, à Val d’Isère, où Jérôme, Gigi et Popeye travaillent. Jérôme et Gigi sont désormais mariés, Bernard et Christiane réconciliés, et Jean-Claude est toujours à la recherche du grand amour.

Les Bronzés est adapté de la pièce du Splendid (troupe de théâtre composé par les acteurs du film) Amour, coquillages et crustacés. Celle-ci avait été écrite d’après les expériences vécues par les membres de la troupe lorsqu’ils étaient animateurs du Club Med. Le film a réalisé plus de 2 millions d’entrées en salles : son succès public est probablement dû au fait que ce dernier s’est reconnu dans un univers et des personnages proches de lui. Aujourd’hui, les Bronzés (et sa suite) est considéré comme le « film de potes » par excellence par bon nombres de personnes.

Mes Meilleurs Copains (1988) de Jean-Marie POIRE

Synopsis : Cinq potes approchant la quarantaine, Richard (Gérard LANVIN), Jean-Michel (Christian CLAVIER), Guido (Jean-Pierre BACRI), Antoine (Philippe KHORSAND) et Dany (Jean-Pierre DARROUSSIN), se retrouvent dans la maison de Richard, à l’occasion de la venue à Paris de Bernadette Legranbois (Louise PORTAL), l’ancienne chanteuse du groupe qu’ils formaient tous les six au début des années 1970, et qui les avait quittés vingt ans auparavant pour faire carrière à Montréal. Entre éclats de rire, souvenirs des années 70, flash-back, et remises en questions, quelques vieilles rancunes et histoires ressurgissent.

Ce film qui fait écho au film réalisé par Lawrence KASDAN quatre ans plus tôt, Les Copains d’abord, est une véritable réflexion sur l’amitié entre fous rires, désillusions et nostalgie du temps qui passe. Le film nous plonge dans l’histoire d’une bande de potes tous différents mais que tout rassemble, et avec lesquels il est difficile de ne pouvoir s’identifier. Malgré l’âge du film, celui-ci traite de sujets toujours d’actualité.

4 garçons pleins d’avenir (1997) de Jean-Paul LILIENFELD

Synopsis : Arnaud (Olivier BROCHERIOU), Axel (Stephan GUERIN-TILLIE), Johan (Olivier SITRUK) et Breitling (Eric BERGER) sont quatre amis étudiants en droit à la faculté d’Aix-en-Provence : Breitling est l’étudiant modèle, Johan le dragueur prêt à séduire sa prof le temps de s’assurer une bonne note, Axel le téméraire qui attire en moins de deux les ennuis et Arnaud qui vient d’échouer pour la troisième fois à l’examen de passage en seconde année. Pour célébrer les résultats des examens et la fin de l’année les amis décident de sortir faire la fête, quitte à pousser un peu Arnaud déprimé par son troisième échec consécutif. C’est le début d’une aventure qui laissera des traces chez les quatre garçons.

Contrairement aux films cités précédemment, ce film s’intéresse cette fois-ci à une bande d’étudiants âgés d’une vingtaine d’années en narrant les (més)aventures de 4 serial loosers. Un film léger, centré sur l’amitié, rempli de gags, de situations improbables et de répliques cultes, sur une jeunesse insouciante et dans lequel on retrouve parfaitement l’ambiance 90’s.

15 Août (2000) de Patrick ALESSANDRIN

Synopsis : Trois hommes dont les femmes sont amies les rejoignent, ainsi que leurs enfants, à La Baule dans la location commune de vacances. Seulement à leur arrivée, ils s’aperçoivent qu’elles ont décidé de leur laisser les enfants pour prendre quelques jours de vacances seules. Cela ne va pas sans mettre Max (Richard BERRY) en colère, ce dernier s’étant conditionné pour annoncer à sa femme qu’il la quittait pour vivre avec sa maîtresse. Il doit également gérer sa belle-fille, adolescente assez indépendante. Raoul (Jean-Pierre DARROUSSIN), n’ayant pas d’enfant, reste seul avec son chien, alors qu’il a justement décidé d’arrêter de fumer. Vincent (Charles BERLING), lui, doit apprendre à contrôler ses enfants, qu’il a éduqué de façon très permissive. Ils vont tous trois se plonger dans les problèmes de loyer, de voisinage, de cohabitation, et dans le livre de Louise Abel, qui incite les femmes à reprendre le contrôle de leur vie.

15 Août nous montre la remise en question de trois hommes laissés seuls avec leurs enfants par leurs femmes respectives durant les vacances. Est également abordée la réflexion sur les rapports hommes-femmes, traitée exclusivement du point de vue masculin dans le film.

Le Cœur des Hommes (2003) de Marc ESPOSITO

Synopsis : Alex (Marc LAVOINE), Jeff (Gérard DARMON), Manu (Jean-Pierre DARROUSSIN) et Antoine (Bernard CAMPAN) forment une vraie bande de copains unie. Les événements qui jalonnent leur quotidien vont sans cesse les rapprocher et les aider à traverser ensemble les épreuves qui surgissent un printemps. Ce printemps est en effet riche en questionnements sur soi-même, sur son avenir et également riche en épreuves notamment avec les femmes. Leur amitié va leur permettre à coup de mises au point, de conseils, d’entraide masculine de mieux comprendre et percevoir leur rapport avec les femmes.

Marc Esposito le dit lui-même : Le Cœur des Hommes est avant tout un film d’acteurs permettant à chacun de montrer toute l’étendue de leur répertoire. Il offre avec celui-ci une représentation très justes de 4 hommes, chacun à un tournant de leur vie, ce qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler 15 Août : ils abordent tous deux des questions similaires avec la difficulté de communiquer dans un couple et l’importance de l’amitié.
Alors que le film a déjà connu une suite en 2006, le 3e volet vient d’être tourné et devrait sortir sur les écrans en 2013.

Pur Week-End (2007) d’Olivier DORAN

Synopsis : Il avait pourtant bien commencé…Votre meilleur ami (Arnaud HENRIET) ne veut pas retourner en prison, vous le livrez quand même ? C’est face à ce dilemme que vont se retrouver sept amis d’enfance, Frédéric (Kad MERAD), Valérie BENGUIGUI (Véronique), François (Bruno SOLO), Alex (Philippe LEFEBVRE), Sarah (Anne MARIVIN), Sam (Jean-Noël BROUTE) qui ne se doutaient pas que leur sympathique randonnée annuelle au sommet de l’Iseran allait se transformer, cette fois-ci, en une improbable cavale, avec toutes les polices de France à leurs trousses. Histoire de vérifier si, avec le temps, l’amitié peut résister à la tentation du « chacun pour soi »…

Pur Week-End est une comédie sociale qui pose la question de l’engagement dans la vie de tous les jours. Que signifie « être potes » aujourd’hui ? Le film dérive progressivement vers la comédie d’aventure avec cette folle cavale qui va les mener jusqu’au bout d’eux-mêmes et à faire éclater de nombreux non-dits entre eux.

Les Petits Mouchoirs (2010) de Guillaume CANET

Synopsis : Max (François CLUZET), riche propriétaire d’un hôtel-restaurant et sa femme, Véro (Valérie BONNETON), invitent chaque année leurs amis dans leur maison au Cap Ferret pour célébrer l’anniversaire d’Antoine (Laurent LAFFITTE) et le début des vacances. Mais cette année, avant qu’ils ne partent de Paris, Ludo (Jean DUJARDIN) est victime d’un grave accident. Malgré ça, le groupe d’amis composé de Vincent (Benoît MAGIMEL), Marie (Marion COTILLARD), Eric (Gilles LELLOUCHE) et Isabelle (Pascale ARBILLOT) décide de partir en vacances. Leurs relations, leurs convictions et leur sens de la culpabilité vont être rudement mis à l’épreuve.

Pour incarner cette bande de potes à l’écran, Guillaume CANET a choisi de mettre en scène ses amis à la ville…et forcément cette amitié se ressent à l’écran. Mais cela ne fait pas tout… Les Petits Mouchoirs, vendu comme un film profond et réfléchi sur la psychologie tourmentée des trentenaires, se contente d’être une comédie potache de trentenaires restés bloqués à l’adolescence, malgré quelques scènes dramatiques.

Comme des Frères (2012) de Hugo GELIN

Synopsis : Depuis que Charlie (Mélanie THIERRY) est morte, Boris (François-Xavier DEMAISON), homme d’affaires , Elie (Nicolas DUVAUCHELLE), scénariste intégré dans la haute sphère, et Maxime (Pierre NINEY), naïf de 20 ans, ont perdu la femme de leur vie. Ces opposés se retrouvent embarqués dans un voyage de 900 km vers la maison qu’aimait cette sœur, cette amie, cet amour…

Dans son premier long-métrage, Hugo GELIN, s’inspirant de sa propre expérience, aborde un sujet peu usité dans les films de pote : l’amitié intergénérationnelle entre un mec de 40 ans, un autre de 30 et un dernier de 20 ans, réunis ensemble autour de Charlie, qu’ils ont aimés chacun à leur façon. Un film à la fois tendre, drôle et émouvant, qui vous fera « pleurire » interprétés par 3 acteurs dont l’amitié sonne juste à l’écran.

Pour nous, un bon « film de potes », c’est un film qu’on regarde entre amis afin de partager ce moment, de rire et parfois de pleurer ensemble et qui nous renvoie aussi à notre propre histoire d’amitié. Et pour vous, qu’est-ce qu’un bon « film de potes » ? Et quels sont vos films préférés ?

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>