[Flashback] « Le charme discret de la bourgeoisie » (1972) de Luis BUNUEL

A l’opposé des films sombres qui ont fait sa légende, Luis BUNUEL nous régale avec cette fantaisie loufoque et absurde.

Par Simon CHEVALIER

Un petit groupe de bourgeois – dont l’ambassadeur de Miranda, une république sud-américaine méconnue – ont pris l’habitude de se retrouver autour d’un repas. Mais que ça soit chez eux, au restaurant ou dans un salon de thé, ces réunions sont sans cesse interrompues par une rupture de stock, l’irruption de militaires ou une mort violente…

Dès le début du film, le spectateur est plongé dans une ambiance théâtrale avec le générique présentant les acteurs dans l’ordre d’entrée en scène et la mise en place d’un décor léché. Les péripéties s’enchaînent, rendant toujours plus ridicules ces bourgeois n’ayant que des conversations insignifiantes et ne devant compter que sur leurs rêves pour apporter un peu de piment à leurs vies. Quand ils abordent enfin un sujet sérieux comme la situation politique dans la république de Miranda, c’est entre 2 Martinis avec la même légèreté que s’ils parlaient de mode ou de cuisine. Au-delà de la bourgeoisie, Luis BUNUEL s’attaque aussi au clergé et à l’armée, autres strates du pouvoir qui ne sont guère épargnées. Mais, à l’inverse de Claude CHABROL qui, à la même époque, signait des drames sur ce thème, le réalisateur espagnol préfère traiter le sujet sous l’angle de la farce onirique et un tantinet surréaliste. Pour autant, il n’a pas choisi d’acteurs comiques (à l’exception de Claude PIEPLU) mais des stars de l’époque plutôt réputées pour leur jeu dramatique (dont Stéphane AUDRAN, la femme de… Claude CHABROL). Des comédiens qui, on l’imagine, ont dû se régaler à interpréter les personnages écrits par Luis BUNUEL et Jean-Claude CARRIERE.

Le cinéaste ibérique ne s’était pas trompé au moment de donner un titre à son film. Au minimum, sa bourgeoisie nous charme discrètement mais sûrement quand elle ne nous enthousiasme pas complètement avec son « insoutenable légèreté de l’être« .

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>