[Flashback] « Tout est faux » de Jean-Marie VILLENEUVE (17/09/2014)

098120.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Par Simon CHEVALIER

L’errance d’un homme sur fond d’élection présidentielle

Paris, Printemps 2012. Alors que l’agitation médiatico-électorale secoue la France, un homme mène une vie effacée. Celle-ci est rythmée par un boulot des plus inutiles et les rendez-vous avec une amie, véritable moulin à paroles qui ne le laisse pas exister. Chaque jour, il passe devant un homme qui hurle sur un pont sa détestation du système. Heureusement, il a une échappatoire à tout ce vacarme, une forêt dans laquelle il trouve un peu de quiétude.

Voici un film qui peut faire peur à son commencement. Le personnage principal, taciturne et quasi-muet, a du mal à nous toucher. Autour de lui, une galerie de personnages secondaires tous différents et très bien interprétés – mention spéciale à Marie DEMASI au jeu jubilatoire -. Il faudra une rencontre inattendue pour voir le héros s’ouvrir et s’illuminer petit à petit. A ce moment-là, on prend conscience de l’attachement, délicieux piège dont nous sommes les heureuses victimes, et nous n’avons plus envie de quitter cet anti-héros. Réflexion sur notre passivité de citoyens, noyés sous les images de la « médiacratie », ce film de Jean-Marie VILLENEUVE nous touche par sa sincérité, d’autant plus prégnante qu’elle n’est polluée par aucun moyen superflu.

Parfait exemple de « cinéma guérilla », ces films montés sans argent et tournés sans autorisation, Tout est faux dégage une précieuse fraîcheur au niveau de ses intentions et on en ressort avec l’envie de suivre son réalisateur sur de nouveaux projets… Et pourquoi pas un « Tout est vrai » ?

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>