Figures de l’ombre #8 : Jonathan BRUZAT, assistant de production

Jonathan bruzat photo

Par Simon CHEVALIER

L’acteur Jonathan BRUZAT revient sur son expérience d’assistant de production sur  L’incroyable histoire du Facteur Cheval.

Comédien ayant foulé les planches depuis l’âge de 13 ans et ancien élève de l’atelier international de théâtre Blanche SALANT & Paul WEAVER, Jonathan BRUZAT est apparu de nombreuses fois à la télévision – Alice Nevers, le juge est une femme et la web-série d’Arte Persuasif  – et au cinéma –  Une braise sur la neige  de Boris BAUM avec Xavier GALLAIS. Mais c’est dans le cadre de son Master 2 en conception et direction de projet culturel qu’il a été amené à travailler dans la post-production : « Mon profil était atypique, celui d’un acteur et réalisateur de 2 courts-métrages qui reprend ses études à 26 ans. Mais mon expérience devant et derrière la caméra a joué en ma faveur et m’a permis de décrocher mon stage de fin d’année dans la société de production Fechner Films. »

Ainsi, durant plus de 6 mois, il va devoir gérer des tâches très diversifiées : « Quand je suis arrivé, la post-production était déjà bien entamée. Dans mes attributions, figurait la rédaction du générique – un monstre de travail avec ses centaines de noms à bien orthographier sans oublier personne. Un générique qui doit également être validé par tous les partenaires financiers du film avec des nuances à prendre en compte : si le département de la Drôme a soutenu le film avec des aides spécifiques, la région Auvergne-Rhône-Alpes est l’un des coproducteurs. Autre exercice très codifié, le « Billing Block ». Il s’agit du « mini-générique » apparaissant sur les affiches : la dénomination des postes, la taille des caractères, rien n’est laissé au hasard. »

Jonathan a également œuvré sur la post-synchronisation : « Il est parfois nécessaire de réenregistrer les voix de certains acteurs. Dans ce cas, ils se doublent eux-mêmes à l’issue du tournage. Pour les têtes d’affiche, en l’occurrence Jacques GAMBLIN et Laetitia CASTA, une durée de 2 jours est prévue à l’avance mais pour les autres comédiens, il faut faire de nouveaux contrats à des tarifs spécifiques. »

Egalement dans les compétences de notre stagiaire : faire le lien entre la directrice de production et les producteurs sur l’avancement du film et sa livraison, créer la page IMDB du film – qui servira de source au site « Wikipédia » notamment -, fournir aux attachés de presse des visuels pour la communication, préalablement approuvés par les acteurs, et communiquer les demandes d’interview arrivées directement à la production…

« J’ai beaucoup appris de ce stage même s’il m’a fallu 2 mois d’adaptation pour connaître tous les dossiers en cours. Et j’en garde de très bons souvenirs comme les contacts avec les artistes et techniciens. J’ai rencontré Bernard Le COQ, qui est génial dans le film, j’étais ravi ! C’est un super acteur et un homme très attachant, très gentil. J’ai eu plusieurs fois le réalisateur Niels TAVERNIER au téléphone, très gentil aussi, pour communiquer des infos ou parfois des auteurs passaient nous voir ou encore j’étais en relation avec des techniciens au téléphone. Je me souviens également de l’analyse pointilleuse des bandes-annonces : dès que le prestataire chargé de leur élaboration les envoie, les producteurs les dissèquent seconde par seconde. Il y en aura eu 5 ou 6 avant la version finale. Enfin, je crois que ce que j’ai préféré, c’est de participer à la dernière phase de l’élaboration d’un film, quand tout devient concret. »

Et pourquoi faut-il aller voir  L’incroyable histoire du Facteur Cheval  ? « Avant tout, pour la performance magistrale de Jacques GAMBLIN, méconnaissable : Il est bien parti pour les Césars 2020 ! Et c’est une formidable occasion de découvrir cette histoire vraie et ce personnage, doté d’une force de caractère hors du commun, qui a créé le premier monument d’art naïf au monde qui se visite encore aujourd’hui. »

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>