[Critique] « Quand on a 17 ans » d’André TECHINE (30/03/2016)

30 - Quand on a 17 ans

Par Simon CHEVALIER

André TECHINE s’enrichit du talent de Céline SCIAMMA pour moderniser le traitement de ce thème qui lui est si cher : l’adolescence et ses premiers émois.

Tom est un adolescent qui doit parcourir plusieurs kilomètres par jour au coeur des Pyrénées afin d’aller au lycée. S’il adore ses montagnes, il entretient un rapport plus compliqué et même conflictuel avec Damien, un autre élève de sa classe. Contre toute attente, c’est l’animosité entre ces deux garçons qui va les rapprocher.

Deux cinéastes de grand talent dont la collaboration sonne comme une évidence : De J’embrasse pas aux Témoins en passant par Les Roseaux Sauvages, André TECHINE s’est imposé comme le réalisateur de la jeunesse, de sa fragilité, de ses doutes et de ses risques. Amoureux de la nature et des grands espaces, ses films sont lumineux, parfois en contradiction avec l’âme tourmentée de ses personnages. Céline SCIAMMA, elle, est une réalisatrice urbaine. Ses longs-métrages « coups de poing » nous plongent au coeur d’une jeunesse violente dans ses actes comme dans ses émotions. En seulement 3 oeuvres – Naissance des Pieuvres, Tomboy et Bande de Filles – elle a démontré la justesse de son regard sur des héroines qu’elle filme sans fard et sans jugement. De la rencontre de ces deux artistes – André TECHINE à la réalisation et Céline SCIAMMA au scénario – naît un film qui mêle justesse et poésie. Les héros sont des jeunes hommes de leur temps dépassés par leurs sentiments qu’ils essaient de noyer dans un conflit vain et absurde. Kacey MOTTET KLEIN et Corentin FILA apportent à leurs personnages toute l’incompréhension adolescente contrebalancée par une violence censée démontrer une virilité qui ne pèse pas lourd devant l’intensité du désir. La poésie est présente dans chaque paysage luchonnais – le film a été tourné à Bagnères-de-Luchon dans les Pyrénées -, majestueux en toutes saisons mais également dans la douceur de Sandrine KIBERLAIN. Interprétant le rôle de la mère de Damien, elle est la générosité et la compréhension incarnées, la maman que tous les adolescents devraient avoir pour les aider à gérer cette période si complexe. Enfin, saluons le parti pris du cinéaste d’éviter tout pathos et de rester au seuil de l’émotion, comme dans cette scène qui s’arrête au moment le plus dramatique. Quand on a 17 ans ne fera pas pleurer dans les chaumières mais n’en restera pas moins dans nos mémoires comme une bulle colorée et lumineuse d’adolescence avec quelques coups mais surtout des coups au coeur.

Rimbaud disait qu’on n’est pas sérieux quand on a 17 ans. André TECHINE nous prouve qu’on est intelligent à 73 ans, l’intelligence de tendre la main à la nouvelle génération et de travailler avec l’héritière de son talent et de son regard.

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>