[Critique] « Pour Une Femme » de Diane KURYS (03-07-2013)

Par Aurore JESTADT

Avec Pour Une Femme, Diane KURYS (Diabolo Menthe) retourne derrière la caméra après cinq ans d’absence pour nous offrir une histoire sincère entre deux frères et une femme. Si la trame de départ semble vue et revue (deux frères sont amoureux de la même femme, qui est l’épouse de l’un), le film ne tombe pas dans un pathos surjoué et le scénario nous réserve de bonnes surprises. Les deux frères, Michel (Benoît MAGIMEL) et Jean (Nicolas DUVAUCHELLE), se retrouvent après la guerre, dans les années 1950. Perdus de vue depuis plusieurs années, une certaine complicité naît rapidement entre eux alors que tout semble les opposer. C’est Léna (Mélanie THIERRY), l’épouse de Michel qui, finalement, sert de lien à la fois doux, délicat mais terriblement fort.

Le film est construit sous formes de flashbacks. Anne (Sylvie TESTUD, déjà présente dans Sagan de la même réalisatrice) découvre des secrets enfouis lorsqu’elle déballe les affaires de sa mère après le décès de celle-ci. L’utilisation de ce procédé est bien menée et donne du rythme au film tout en gardant le fil de l’histoire clair pour le spectateur.

L’alchimie entre le trio de tête fonctionne parfaitement et nous plonge au cœur d’une histoire forte qui nous soutire de nombreuses émotions. On aime les personnages, tous différents mais néanmoins attachants chacun à leur manière. Le personnage de Michel, que l’on trouve un peu pathétique au début du film, est finalement le personnage auquel tout le monde peut s’identifier, et qui fait maladroitement tout ce qu’il peut au sortir de la guerre.

Le personnage de Jean est l’étincelle dans la machine bien huilée : homme mystérieux et sombre, il est la part d’aventure du film, celui que l’on suivrait sans hésiter, mais qui cache bien des secrets. Il est le personnage que notre côté sombre veut suivre, quand notre côté clair s’attache à Michel.
Finalement, c’est Lena qui fait le lien entre tout, que ce soit dans le film ou dans les émotions du spectateur. Elle aime les deux hommes, révèle sa part d’aventurière mais ne néglige pas le confort et la sécurité que lui apporte sa relation avec Michel.

Le film traite d’une façon un peu différente de cette période des années 1950 et apporte un nouvel angle d’approche sur des sujets peut-être plus méconnus du grand public.

Pour une femme est donc un beau moment d’émotion à l’allure rapide où le temps ne semble pas avoir de prise avec un très bon casting, une très belle image et un bon scénario. On vous laisse la surprise de découvrir dans le film le pourquoi du titre, finalement assez surprenant…

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>