[Critique] « Peur de Rien » de Danielle ARBID (10/02/2016)

Peur de Rien

Par Simon CHEVALIER

A travers le parcours initiatique d’une jeune Libanaise qui débarque en France, Danielle ARBID fait revivre les années 90 dans un film en partie autobiographique.

Paris 1993. Accueillie par sa tante, Lina vient du Liban pour étudier. Mais face à son oncle incestueux, elle préfère fuir et multiplie alors les rencontres, découvrant la jeunesse parisienne entre nuits endiablées et engagement politique.

Une héroine attachante, voici l’atout indispensable du 4ème long-métrage de Danielle ARBID. La jeune Manal ISSA porte le film avec son charme discret mais néanmoins bien présent. Elle est aidée dans cette tâche par des partenaires impeccables – Vincent LACOSTE, Paul HAMY, Damien CHAPELLE… – avec une mention spéciale pour Dominique BLANC en prof compréhensive et généreuse. Au-delà de ses interprètes, le film bénéficie d’une reconstitution efficace des années 90, une période suffisamment éloignée pour nous rendre nostalgiques mais également suffisamment proche pour permettre une identification du spectateur. Une dualité qui peut également être appliquée aux engagements politiques des personnages, à la fois intemporels et reflet d’une époque où l’extrême droite commençait son ascension. En cela, voici une fiction aussi – si ce n’est plus – instructive qu’un documentaire.

Suivre sa route au gré des rencontres, trouver sa place dans un pays étranger, naviguer entre soutiens et inimitiés… Pleine de doutes et d’espérance, Lina rentre dans nos coeurs en nous posant cette question : « Et vous, dans cette situation, seriez-vous capable de n’avoir peur de rien? »

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>