[Critique] « Petit paysan » d’Hubert CHARUEL (30/08/2017)

Petit paysan

Par Simon CHEVALIER

Un film équilibré entre drame et comédie

Pierre est un éleveur comme les campagnes françaises en comptent des centaines – mais malheureusement de moins en moins. Passionné par son métier et amoureux de ses vaches, il les bichonne en craignant que la moindre épidémie ne les mette en danger. Et pour éviter cela, il peut compter sur sa soeur vétérinaire même si celle-ci en a marre des fausses alertes. Jusqu’au jour où le pire arrive…

Hubert CHARUEL est issu d’une famille de paysans et signe un premier film en hommage à ces hommes indispensables à la société mais tellement vulnérables et qui peuvent tout perdre selon le principe de précaution. Pour ce rôle, Swann ARLAUD a passé de longs mois dans la ferme des cousins de son réalisateur et impressionne par son investissement total devant la caméra. Avec sa soeur de fiction, Sara GIRAUDEAU, il forme un duo complice et partage un même mélange de force et de fragilité. Si l’intrigue est poignante – d’où le titre international : Bloody Milk -, l’humour n’est pas absent, notamment dans les savoureuses confrontations entre le héros et ses parents qui ont du mal à le laisser voler de ses propres ailes. Voici donc un Petit paysan auquel vous ne pourrez que vous attacher, touché par son authenticité.

Présenté à la Semaine de la Critique cannoise, ce long-métrage était notre favori pour la Caméra d’Or récompensant le meilleur premier film. Reparti bredouille de la Croisette, il s’est rattrapé en raflant 3 prix au Festival d’Angoulême dont ceux du Meilleur Film et du Meilleur Acteur.

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>