[Critique] « Le Redoutable » de Michel HAZANAVICIUS (13/09/2017)

052385.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Par Simon CHEVALIER

Jubilatoire et inventif, un grand HAZANAVICIUS

En 1968, Jean-Luc GODARD est un homme partagé entre ses films – il tourne La Chinoise qui sera un échec – et son histoire d’amour avec Anne, son égérie. Avec son caractère explosif et la Révolution qui survient, c’est une période charnière qui survient pour lui et ses proches.

L’amour du cinéma et le détournement de ses codes et idoles, voici le credo de Michel HAZANAVICIUS. Dans la lignée des OSS117 et de The Artist, il signe ici une oeuvre à la fois irrévérencieuse et remplie de tendresse pour un personnage unique dans le 7ème art. Que l’on connaisse et/ou apprécie ou non Jean-Luc GODARD, on s’amuse des facéties de Louis GARREL qui disparaît totalement derrière son personnage. La mise en scène est riche en idées originales plantées dans un décor et une image léchés. La fantaisie de l’oeuvre atteint son paroxysme lors d’une scène hilarante où le héros s’adresse au spectateur au-delà de l’écran, brisant ainsi ce que l’on appelle le 4ème mur. Un effet qui a eu pour conséquence de déclencher une salve d’applaudissements lors de la présentation cannoise du film. Un enthousiasme rare!

Un scénario original, une réalisation soignée, un casting détonnant… Ainsi va la vie à bord du Redoutable!

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>