[Critique] « Le Chant du Merle » de Frédéric PELLE (16/03/2016)

Le Chant du Merle

Par Simon CHEVALIER

Pour son deuxième long-métrage, Frédéric PELLE nous emmène en Corrèze avec une attachante jeune fille.

Aurélie est une serveuse sans histoires. Sa vie, pourtant bien remplie, est monotone et elle attend celui qui la sortira de son quotidien. Un jour, elle sympathise avec François, un client de l’hôtel où elle travaille.

En 2001, Laurent VOULZY chantait : « Jeune fille discrète, tu es pour moi une héroine », des paroles qui nous trottent dans la tête à la sortie de ce charmant long-métrage que Frédéric PELLE a voulu lent, à l’image du rythme de vie de son personnage principal. Néanmoins, on ne s’ennuie pas à suivre cette jeune fille dont l’existence tranquille est chamboulée par l’arrivée d’un homme charmeur et séduisant. A fleur de peau, Adélaide LEROUX joue avec un naturel remarquable la montée du trouble de son personnage. A ses côtés, un casting d’une homogénéité d’autant plus réussie qu’il mêle acteurs professionnels – Myriam BOYER, Patrick d’ASSUMCAO – et villageois (c.f article). La beauté du village d’Aubazine, magnifiée par la caméra, finit de nous séduire, contaminés que nous sommes par l’amour du réalisateur pour cette région.

Délicat et sensible, ce Chant du Merle vous enchantera à coup sûr mais méfiez-vous : sous ses airs sages, il pourrait bien vous surprendre…

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>