[Critique] « Jalouse » de David et Stéphane FOENKINOS (08/11/2017)

jalouse

Par Simon CHEVALIER

Les frères FOENKINOS restent fidèles à la qualité qui les définit depuis leur premier long-métrage : La Délicatesse.

Nathalie organise l’anniversaire de sa fille, une magnifique danseuse de 18 ans. Cet événement joyeux va paradoxalement déclencher chez elle une jalousie maladive, accentuée par l’arrivée dans le lycée où elle enseigne d’une collègue jeune et dynamique. Elle ne supporte plus le bonheur de ses proches – sa fille heureuse en amour, sa meilleure amie épanouie dans sa vie de famille, son ex-mari radieux auprès de sa nouvelle femme… – et va alors leur gâcher la vie à coups de phrases assassines et de démarches insensées.

Qui mieux que Karin VIARD dont la sympathie illumine le cinéma français pouvait incarner un sentiment aussi négatif que la jalousie? Par son interprétation toute en finesse, elle nous fait aimer cette femme au bord de l’aigreur et surtout nous fait rire avec des répliques imparables. Autour d’elle, des personnages plus complexes qu’il n’y paraît au début du film portés par des comédiens confirmés mais également une jeune novice : Dara TOMBROFF, ancienne danseuse à l’Opéra de Bordeaux et qui se hisse au niveau de sa maman de cinéma dès son premier rôle. Pour terminer, saluons la fin qui n’en est pas vraiment une, renforçant ainsi le réalisme de cette femme qui pourrait être notre voisine de palier.

Après avoir créé l’étonnant couple Audrey TAUTOU – François DAMIENS dans La Délicatesse, David et Stéphane FOENKINOS nous font adorer un sentiment honteux qui d’habitude nous culpabilise, ce qui fait d’eux les cinéastes les plus finement subversifs du 7ème art.

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>