[Critique] « Elle s’en va » de Emmanuelle BERCOT (18/09/2013)

Ce road-movie nous offre une Catherine DENEUVE au meilleur de son talent !

Par Simon CHEVALIER

Qui n’a jamais eu envie de tout quitter, de laisser son travail, sa famille, ses problèmes derrière soi et de prendre la route sans but, juste pour prendre de la distance, parce qu’on n’en peux plus ! C’est ce que fait Betty, une restauratrice bretonne coincée entre sa mère envahissante (formidable Claude Gensac), ses problèmes d’argent et une situation sentimentale des plus incertaines; c’est d’ailleurs la trahison de son amant qui va être le déclic, la poussant à prendre sa voiture et à rouler, rouler, rouler… Tout au long de son chemin, des rencontres, des retrouvailles familiales et la force de se pencher sur son passé pour le regarder en face.

Emmanuelle BERCOT est une de ces cinéastes qui, à l’instar d’Abdellatif KECHICHE, filme au plus près son action et ses acteurs. Sa force, ce sont les scènes de groupe : que ce soit dans un bar-dancing, une réunion d’anciennes Miss (ces deux moments se répondant d’ailleurs étrangement) ou un barbecue, elle nous plonge dans ces ambiances riches en personnages et en énergie de façon magistrale. Quand à Catherine DENEUVE, elle nous démontre l’étendue de son talent en jouant toute une palette d’émotions avec une subtilité qu’on lui a rarement connue: agacée, amusée, ivre, paumée… elle incarne cette femme avec une justesse qui devrait lui valoir une nomination aux Césars l’année prochaine.

Si le principe du road-movie n’est pas très original, Emmanuelle BERCOT nous prouve avec ce film que c’est encore un genre qui mérite d’être traité surtout quand on le fait avec humanité, sensibilité et délicatesse.

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>