[Critique] « Edmond » d’Alexis MICHALIK (09/01/2019)

Edmond image

Par Simon CHEVALIER

Un magnifique écrin pour LA pièce de théâtre française

Le nom d’Edmond Rostand, en 1897, est synonyme d’échec. Auteur de théâtre marié et père de famille, il n’a pas le droit à l’erreur avec sa nouvelle production d’autant plus qu’il a miraculeusement la confiance du grand comédien Constant Coquelin. Inspiré par tous ce qui l’entoure et notamment par les difficultés sentimentales de son meilleur ami, Edmond va, petit à petit, construire le chef d’oeuvre de sa vie…

Alexis MICHALIK adapte sa pièce à succès au cinéma avec le même triomphe. Il construit autour de l’intrigue un superbe coffret : dès les premières minutes, on est bluffés par les décors et les costumes ultra-soignés qui font revivre un Paris merveilleux. Cette plongée dans la fin du 19ème siècle est peuplée de visages connus – avec une mention spéciale pour Mathilde SEIGNER hilarante en diva des planches. La célébrissime pièce se construit peu à peu devant nos yeux de spectateurs sous la pression d’un délai hallucinant de 3 semaines. On retiendra une jolie réflexion sur le besoin d’un auteur d’être admiré pour créer mais aussi d’être porté par ses acteurs. Quand on connaît la carrière de dramaturge d’Alexis MICHALIK, impossible de ne pas faire un lien et d’imaginer que cette histoire résonne personnellement dans la vie de son créateur.

Quand on parle de Cyrano de Bergerac au cinéma, le film de Jean-Paul RAPPENEAU avec Gérard DEPARDIEU arrive tout de suite dans nos mémoires. Une comparaison dont peut pâtir Edmond et qui peut en déstabiliser certains. Mais personne ne pourra retirer à ce film son énergie et sa magie.

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>