[Critique] « Crache coeur » de Julia KOWALSKI (17/02/2016)

crache-coeur

Par Simon CHEVALIER

La jeunesse a inspiré à Julia KOWALSKI un premier film dans lequel elle ne s’interdit rien.

Rose, jeune fille de 16 ans aux origines polonaises, voit débarquer chez elle un ouvrier venu du pays de ses ancêtres pour rénover sa maison. Ce dernier est également à la recherche de son fils dont il n’a pas de nouvelles. Celui-ci étant dans le même lycée que la jeune fille, elle essaie de rentrer en contact avec lui…

L’adolescence est un vaste sujet sur lequel se penche de nombreux cinéastes – Divines d’Houda BENYAMINA, Quand on a 17 ans d’André TECHINE… Il peut donc être compliqué pour une oeuvre de se distinguer. Mais le premier long-métrage de Julia KOWALSKI n’a pas ce problème tant il est singulier de par l’ambiance qui s’en dégage. Une ambiance malsaine qui correspond bien à cette période de la vie où on teste ses limites et où on peut être odieux envers les gens de son entourage juste pour évacuer le mal-être qui nous ronge. Malgré son comportement, qui peut paraître inexcusable, Rose est une héroïne à qui on pardonne tout au nom de nos propres erreurs et de la grande sensibilité qui émane de cette jeune fille. Pour appuyer son propos, Julia KOWALSKI a fait le choix d’une réalisation brute où elle convie le spectateur à regarder des scènes que beaucoup auraient traitées en ellipses. L’adolescence nue, au plus près des souvenirs les plus intimes de chacun.

Sorti en Février dernier, Crache coeur est un premier film sans concessions, parfait écrin renfermant 2 talents débordant d’émotions fougueuses : Yoann ZIMMER – d’une ressemblance troublante avec un certain Vincent CASSEL – et Liv HENNEGUIER – l’une des révélations de l’année et donc en lice pour le César du Meilleur Espoir Féminin.

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>