[Critique] « Cosmos » d’Andrzej ZULAWSKI (09/12/2015)

Cosmos

Par Simon CHEVALIER

Pour son grand retour, 13 ans après La Fidélité, Andrzej ZULAWSKI fait sombrer 7 grands acteurs dans la folie.

Après avoir échoué à ses examens, Witold quitte Grenoble et part se ressourcer au Portugal. Il y rencontre Fuchs, l’employé d’une grande maison de couture venu, lui, fuir un burn-out. Tous deux séjournent dans la pension de famille de Madame Woytis et de son mari Léon. Ils font ainsi la connaissance de la troublante Lena, la fille de la propriétaire, et de son trop sage époux Lucien ainsi que de la bonne Catherette, à la lèvre étrangement déformée. C’est alors que la découverte d’un moineau pendu lance les deux compères dans une folle enquête.

Il est des films que l’on ressent plus qu’on ne les comprend, qui se rapprochent plus de l’art abstrait que du figuratif. Les fans d’Andrzej ZULAWSKI ne seront pas surpris d’apprendre que Cosmos en fait partie. S’il n’est pas évident de suivre le flot de paroles plus ou moins sensées des personnages, l’interprétation habitée des comédiens – Sabine AZEMA, Jean-François BALMER, Jonathan GENET, Johan LIBEREAU, Victoria GUERRA, Clémentine PONS, Andy GILLET -, tous excellents, permet au spectateur de s’immerger dans l’univers de Witold GOMBROWICZ, auteur de l’oeuvre dont le film est issu. Outre le casting sans faille, la réalisation du cinéaste polonais, loin d’être anodine, offre un réel point de vue et est porteuse d’une force artistique peu commune, ce qui a valu au réalisateur de L’important c’est d’aimer un prix largement mérité au dernier Festival de Locarno.

Sous ces airs abrupts, Cosmos est finalement plus accessible qu’on ne le croit. Si les amateurs de films étranges l’adoreront, le grand public, en acceptant de se laisser porter vers la fin la plus ouverte qui soit, ressortira de la salle en se rendant compte qu’il a ri, qu’il a été intrigué et surpris, comme devant n’importe quel blockbuster, mais surtout qu’il a assisté à de formidables performances d’acteur ou quand la folie est tellement bien jouée qu’elle en devient hypnotique.

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>