[Critique] « Coby » de Christian SONDEREGGER (28/03/2018)

Coby

Par Simon CHEVALIER

La transidentité vue sous son angle le plus intime.

Le réalisateur Christian SONDEREGGER suit sa demi-soeur dans son changement de sexe. Suzanna devient Coby et ne nous cache rien des étapes de cette transformation ni des remous qu’elle provoque dans sa famille.

Intime sans être impudique, Coby explore un sujet complexe de la meilleure des façons : celle de la bienveillance. Pour autant, rien n’est dissimulé des doutes de l’entourage du héros. Particulièrement ceux de sa mère qui reconnaît avoir été très dure au moment où elle a appris que sa fille allait devenir son fils. Mais l’intelligence du réalisateur est de construire son documentaire à l’envers, nous montrant tout d’abord une famille apaisée avant de nous dévoiler toutes les embûches traversées qui ont abouti à une double acceptation : Coby par sa famille et les réticences de cette dernière par celui qui en a souffert. Le chemin est jalonné de vidéos postées sur YouTube tout au long de la transformation tant physique que psychologique du jeune homme. Et où on apprend toute l’importance de sa petite amie dans ce processus. Un soutien sans faille et de tous les instants qui nous touche particulièrement : c’est un voyage à deux que l’on suit. Le format documentaire n’empêchant pas les images très cinématographiques, l’esthétique est très marquée dans cette oeuvre dont certaines scènes nous envoûtent par leur rythme ou leur lumière.

Christian SONDEREGGER part du bonheur actuel de sa famille pour nous démontrer que la tolérance et l’amour peuvent triompher de tous les clichés et incompréhensions. Et, en cela, signe un film plus efficace que jamais sur un sujet ô combien d’actualité.

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>