[Critique] « Afrik’Aïoli » de Christian PHILIBERT (22/01/2014)

Quand deux Marseillais partent à la découverte du Sénégal, les galères sont nombreuses mais la bonne humeur reste toujours présente.

Par Simon CHEVALIER

 Jean-Marc, le patron du café d’Espigoule prend sa retraite et se laisse convaincre par son ami Momo de partir en vacances au Sénégal. Mais pas question de voyage organisé, cette escapade africaine est placée sous le signe de l’authenticité et de la débrouille. Attendus à Dakar par l’ami d’un ami qui leur servira de chauffeur pendant toute la durée de leur séjour, ils vont vivre une expérience où se mêlent la surprise, la peur, l’émerveillement, l’amitié et même l’amour.

Christian PHILIBERT retrouve ici les personnages des Quatre Saisons d’Espigoule et son style si particulier. Le film déborde de naturel au point que l’on se demande si un scénario a été écrit. Seule la technique, parfaite, nous prouve que nous ne sommes pas devant des images amateurs tournées par des touristes lambda. Ce parti pris offre deux avantages: tout d’abord, l’identification est totale, ensuite, l’Afrique est montrée telle qu’elle est avec ses deux visages à la fois inquiétante et chaleureuse. Si la nature est très présente et nous offre des paysages superbes, l’attention est portée avant tout sur les Sénégalais, attachants jusque dans leur roublardise.

Marilyn MONROE disait qu’il fallait être très intelligente pour jouer les idiotes. Il faut également beaucoup de talent pour faire un film « amateur » qui n’en est pas un. Avec cet Afrik’Aioli, Christian PHILIBERT nous sert un plat bourré d’humour et d’amour pour deux cultures dont la joie de vivre nous réchauffe le cœur.

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>