[Critique] « 9 Mois Ferme » de Albert DUPONTEL (16/10/2013)

Albert DUPONTEL fait mouche une fois de plus avec son style inimitable.

Par Simon CHEVALIER

Ariane Felder est une juge qui ne vit que pour son métier. Traumatisée par l’absence du père pendant son enfance, elle considère que tous les hommes sont des lâches et les fuit comme la peste. Alors, quand elle apprend qu’elle est enceinte de 6 mois, c’est l’incompréhension la plus totale renforcée par l’identité du géniteur : un criminel globophage (il mange les yeux de ses victimes).

Albert DUPONTEL est fou, génial mais fou ! Son univers est composé de personnages plus loufoques les uns que les autres mais avec suffisamment d’humanité pour que l’on s’y attache. Avec lui, tout devient possible : une autopsie qui ressemble à une véritable boucherie, un avocat bègue et une personne âgée que l’on mutile dans l’hilarité générale… on se demande vraiment où il va chercher tout ça! Une chose est sure, il est doué pour nous faire travailler les zygomatiques tout en nous émouvant. Au milieu de cette hystérie, Sandrine KIBERLAIN fait merveille dans ce rôle de magistrat strict mais qui va se laisser gagner par la folie ambiante. Tous le casting est excellent et on a même droit à de petites apparitions d’un Jean DUJARDIN en grande forme.

Albert DUPONTEL confirme ici son statut de réalisateur le plus inventif du cinéma français et s’il fallait le définir en une phrase, on détournerait celle de Michel AUDIARD : « Les génies, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît. »

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>