Catégorie Critiques cinéma

[Critique] « Crache coeur » de Julia KOWALSKI (17/02/2016)

crache-coeur

Par Simon CHEVALIER

La jeunesse a inspiré à Julia KOWALSKI un premier film dans lequel elle ne s’interdit rien.

Rose, jeune fille de 16 ans aux origines polonaises, voit débarquer chez elle un ouvrier venu du pays de ses ancêtres pour rénover sa maison. Ce dernier est également à la recherche de son fils dont il n’a pas de nouvelles. Celui-ci étant dans le même lycée que la jeune fille, elle essaie de rentrer en contact avec lui…

L’adolescence est un vaste sujet sur lequel se penche de nombreux cinéastes – Divines d’Houda BENYAMINA, Quand on a 17 ans d’André TECHINE… Il peut donc être compliqué pour une oeuvre de se distinguer. Mais le premier long-métrage de Julia KOWALSKI n’a pas ce problème tant il est singulier de par l’ambiance qui s’en dégage...

Lire plus

[Critique] « Divines » d’Houda BENYAMINA (31/08/2016)

divines

Par Simon Chevalier

Une oeuvre brute d’où émerge la grâce… celle d’un amour mais aussi celle d’une grande amitié.

Dounia est une boule d’énergie. Face aux conditions de vie qui sont les siennes, cette adolescente a la rage de s’en sortir et ne rêve que de « Money ». Accompagnée de sa meilleure amie Maimouna, elle va se rapprocher de la dealeuse de son quartier. Un geste dont elle ne mesure pas les conséquences…

Là où Céline SCIAMMA dans Bande de Filles explorait la place des femmes dans les cités, Houda BENYAMINA se penche sur la définition de la réussite dans les quartiers difficiles...

Lire plus

[Critique] « Irréprochable » de Sébastien MARNIER (06/07/2016)

002350.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Par Simon CHEVALIER

Au-delà du casting sans failles – et sans surprises -, ce premier film impressionne surtout par le sens du cadre de son réalisateur.

Ne vous fiez pas à son prénom, Constance est tout sauf une personne équilibrée. Devant quitter Paris suite à un différend avec son ancien patron, cet agent immobilier retourne alors dans la province de son enfance. Mais elle n’y retrouve qu’une mère hospitalisée, une maison déserte et surtout aucun boulot dans l’agence de ses débuts, un poste lui passant sous le nez au bénéfice d’une jeune et jolie novice. Déjà fragilisée, Constance va alors libérer ses instincts les plus sauvages.

Le talent protéiforme de Marina FOIS n’est plus à démontrer...

Lire plus

[Flashback] « Le Mari de la Coiffeuse » (1990) de Patrice LECONTE

Mari de la Coiffeuse

Par Simon CHEVALIER

Une oeuvre follement sensuelle dans laquelle Jean ROCHEFORT laisse libre cours à sa folie.

Antoine aime les femmes… et, plus précisément, les coiffeuses. Tombé sous le charme de l’une d’elles alors qu’il n’était qu’un enfant, il s’est juré que sa future épouse exercerait cette profession. Un jour, il rencontre Mathilde…

La première chose que l’on se dit après avoir passé 1H20 avec Le Mari de la Coiffeuse, c’est qu’un tel film ne pourrait pas voir le jour à notre époque. Echappant pourtant à toute vulgarité, il y a fort à parier qu’il tomberait sous le coup de l’auto-censure tant il déborde de sensualité. Au-delà des coiffeuses, Patrice LECONTE livre une ode à toutes les femmes, à leurs corps, leurs parfums, leurs gestes...

Lire plus

[Flashback] « Pépé le Moko » (1937) de Julien DUVIVIER

pepe-le-moko-poster_affiche

Par Simon CHEVALIER

Une visite de la Casbah d’Alger de 1937 avec pour guide un certain Jean GABIN.

Cambrioleur retranché dans la Casbah d’Alger et qui risquerait sa peau s’il sortait de ce dédale de rues et de traverses, Pépé est traqué par l’inspecteur Slimane. En couple avec Inès, son charme fait cependant des ravages auprès des femmes mais c’est sa rencontre avec la belle Gaby, de passage à Alger, qui va changer son destin.

La force du polar oriental de Julien DUVIVIER, sorti le 28 Janvier 1937, tient dans sa diversité. Tout d’abord, c’est une romance improbable et impossible entre la raffinée Gaby et le truand Pépé...

Lire plus