[Cannes 2018] Jour 4

20180511_094811

Par Simon CHEVALIER

Première montée des marches sous le baiser de Pierrot Le Fou pour un film français en compétition.

Plaire, aimer et courir vite : voici le programme de notre matinée mais Christophe HONORE peine à nous séduire avec ce film froid dans lequel Vincent LACOSTE et Pierre DELADONCHAMPS, malgré la sympathie qu’ils inspirent, ne sont pas à la hauteur de l’histoire passionnée qu’ils sont censés nous raconter. Mais le titre est sympa et nous le conservons pour le reste de notre journée.

20180511_141728

Toute l’équipe de Shéhérazade à la Semaine de la Critique

Shéhérazade nous plait. Le premier long-métrage de Jean-Bernard MARLIN n’est pas d’une folle originalité dans son histoire d’un petit délinquant qui rencontre l’amour mais le casting est attachant et il y a une vraie évolution du personnage principal tout le long de l’oeuvre. Sans compter de belles images, comme quoi la banlieue est parfaitement compatible avec le bel art cinématographique.

On aime l’ACID. L’Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion est à Cannes et présente des films soutenus par des metteurs en scène mais qui n’ont pas encore de distributeur pour assurer la sortie en salles. Nous avons découvert ainsi Dans la terrible jungle de Caroline CAPELLE et Ombline LEY. Ce gros coup de coeur suit Ophélie, Simon ou encore Léa entre autres au sein d’un IME – Institut Médico-Educatif – où, entre chant et activités manuelles, leurs fantaisies nous touchent instantanément malgré les handicaps dont certains sont spectaculaires. Espérons que cette visite sur la Croisette permettra au plus grand nombre de découvrir ces jeunes pensionnaires.

20180511_203559

Marie MONGE (avec le micro) et son équipe dont Tahar RAHIM et Stacy MARTIN à sa gauche

Ils courent vite, Tahar RAHIM et Stacy MARTIN dans Joueurs, le premier film de Marie MONGE présenté ce soir à la Quinzaine des Réalisateurs. Courir car il est urgent de vivre et de jouer pour gagner. Le risque d’une histoire qui va à 200 à l’heure, c’est de perdre le spectateur en route mais on retiendra l’intensité de Stacy MARTIN et la naissance d’une réalisatrice prometteuse.

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>