[Cannes 2017] Jour 3


P1010819
Par Simon CHEVALIER

Le Festival a bel et bien commencé et les projections s’enchaînent.

Nous commençons la journée avec L’Amant d’un jour de Philippe GARREL avec Eric CARAVACA, Esther GARREL et Louise CHEVILLOTTE à la Quinzaine des Réalisateurs. Cette réflexion philosophique sur l’infidélité possède la sobriété chère au réalisateur. Après la projection, celui-ci rendit hommage à son chef opérateur Renato BERTA qui fut l’un des techniciens les plus courus de la Nouvelle Vague.

P1010803

Philippe GARREL, Esther GARREL et Louise CHEVILLOTTE

Puis, ce fut au tour d’Ava de Léa MYSIUS de nous séduire. Ce premier long-métrage sélectionné à la Semaine de la Critique est une œuvre sans concessions qui nous rappelle Crache cœur de Julia KOWALSKI. Quant à Noée ABITA, son actrice principale, elle possède ce mélange de grâce et de brutalité qui nous fait penser à Adèle EXARCHOPOULOS. Voici qui ferait une jolie Caméra d’Or, le prix récompensant le meilleur premier film. D’ailleurs, tout le jury emmené par sa présidente Sandrine KIBERLAIN était présent à la projection.

P1010809

Léa MYSIUS aux côtés de ses acteurs

P1010816

Noée ABITA et Juan CANO entourent leur réalisatrice

P1010815

Sandrine KIBERLAIN, très attentive devant le générique

Mais le Festival, c’est aussi des films du patrimoine projetés dans le cadre de Cannes Classics. Nous avons donc pu assister à une séance du chef d’œuvre d’Henri-Georges CLOUZOT Le Salaire de la Peur présenté par Thierry FREMAUX, le délégué général du Festival en présence de Valentin LIVI, le fils d’Yves MONTAND, le héros de cette histoire,  qui découvrait le film pour la première fois sur grand écran. Au delà de la qualité de l’œuvre, d’une tension sans pareille et au dénouement bouleversant, quelle émotion de la voir dans le cadre du Festival dont elle fut le triomphe de l’édition 1953.

P1010820

Thierry FREMAUX

Nous avons terminé cette journée par une Séance de Minuit consacrée à A prayer before down de Jean-Stéphane SAUVAIRE, un film français racontant l’histoire vraie d’un boxeur anglais incarcéré en Thaïlande pour trafic de drogue. Ultra-violent mais hyper réaliste, cette descente aux enfers possède une force qui n’est certes pas inédite mais qui nous fait néanmoins l’effet d’un uppercut.

20170520_030211

Le réalisateur et son acteur principal Joe COLE

20170520_030938

Thierry FREMAUX en compagnie de Jean-Stéphane SAUVAIRE et Joe COLE sur la Croisette à l’issue de la projection

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>