[Critique] « Tonnerre » de Guillaume BRAC (29/01/2014)

Primée au Festival de la Réunion (nouveau grand rendez-vous du cinéma français), cette comédie vire au drame de façon naturelle et maîtrisée.

Par Simon CHEVALIER

Maxime est de retour à Tonnerre. Ce rockeur emménage provisoirement chez son père pour retrouver l’inspiration. A l’occasion d’une interview, il rencontre Mélodie, une jeune journaliste locale dont il tombe fou amoureux. Lorsqu’elle disparait de la vie de Maxime, celui-ci s’enfonce dans la spirale de l’obsession.

Avec ce titre, on aurait pu s’attendre à la description de la vie tranquille dans une petite ville bourguignonne alors qu’il n’en est rien. C’est d’une histoire d’amour passionnelle qu’il s’agit, d’un coup de foudre, d’un coup de « Tonnerre ». Le réalisateur fait preuve d’une belle habileté dans la construction de son récit en nous faisant basculer de la fantaisie au tragique dans une grande simplicité. L’empathie que provoque Vincent MACAIGNE est pour beaucoup dans l’attachement du spectateur au film. Le duo qu’il forme avec Bernard MENEZ excelle dans les deux registres que sont la drôlerie et l’émotion : leur complicité fait plaisir à voir. De plus, la présence de nombreux acteurs non-professionnels rajoute à l’authenticité de l’œuvre sans altérer sa qualité.

Révélé par le moyen-métrage Un monde sans femmes en 2011, Guillaume BRAC s’impose comme un réalisateur libre et donne à son acteur fétiche Vincent MACAIGNE la possibilité d’enrichir son jeu. On a hâte de découvrir leur prochaine collaboration.

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

Laisser un commentaire.


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>